Logo

Se changer, changer le monde

Blog transparent
Blog

Emergences recommande
29 JUILLET 2022

Fond compagne crowdfunding

Il y a déjà plus de 15 ans qu’un grand projet trotte dans la tête du Docteur Legrève, gynécologue obstétricien. Son idée, c’est d’ériger un bâtiment lové au milieu de la nature, dans lequel on pourra prendre en charge la maman et le bébé et aussi le/la partenaire avec une approche interdisciplinaire ou plus
précisément ‘’transdisciplinaire’’ (c’est-à-dire interdisciplinaire mais éclairé par d’autres domaines comme la philosophie, l’anthropologie ou la sociologie)
Il projette de faire construire une maison en bois, cosy et accueillante qu’il appellera tout simplement et très originalement ‘’la clinique en bois’’.

Les prises en charge se voudront ouvertes. S’occuper d’un enfant, d’un ado, c’est s’occuper d’un parent de demain. Toute personne, homme ou femme qui aurait besoin de soins car il est marqué par une naissance vécue comme compliquée, nous sommes là.

Si vous souhaitez dès à présent soutenir le projet, vous avez plusieurs possibilités :
1° Faire circuler l‘info à vos contacts
2° Dès le premier euro versé sur le compte, vous nous soutenez !
N° de Compte : BE66 6455 0017 1643.
3° Si vous avez plus de moyens, prenez contact avec Vanessa Couvreur au 0490 56 00 37 ou avec Jean-François Legrève au 0478 26 39 65 pour discuter d’un partenariat. 

Pour en savoir plus ce sur beau projet : https://lacliniqueenbois.be/


Emergences recommande
03 JUIN 2022

Franck2 264x300

Nous sommes ravi·es d'accueillir dès ce lundi 6 juin notre ami Franck Baal aux Jardins d'Emergences.
Franck Baal est comédien, metteur en scène et professeur d'interprétation dramatique.
Il a 30 ans de pratique de chi-kung et de kung-fu.

Traditionnellement le Chi Kung était indissociable du Kung Fu (et du Taï Chi.)
On pourrait traduire ces termes comme ceci : Chi, la force, l’énergie vital Kung, le travail, le chemin Fu, l’homme sage.
Le Chi Kung, serait le travail de l’énergie, le Kung Fu le travail de l’homme dans la durée.

"Nous aimons coller ces 3 mots, ils représentent mieux notre travail.
Toutes ces dynamiques seront travaillées dans nos cours : captation d’énergie, explosion, et harmonie."


Le Chi Kung Fu a 5 fonctions:
1. Acquérir l’énergie vitale nécessaire (Chi= Force)
2. Maintenir le mental au repos (la méditation des gestes= Zen)
3. Conserver les organes en bon état = Santé
4. Accroître l’intelligence = Adaptation à l’environnement
5. Développer la patience = Persévérance = Fu (c’est la sagesse de la lettre FU en chinois.)

Le Chi Kung peut aider à développer la confiance en soi, l’adaptation, acquérir l’auto guérison et à trouver son identité originelle.
Pratiquer le Chi Kung signifie s’entraîner physiquement et spirituellement pour sauvegarder la santé, lutter contre les maladies et atteindre le but de sa conscience et de sa spiritualité.

Le Chi Kung comporte 3 niveaux : Le Ciel (respirer), l’Homme (pratiquer) et la Terre (méditer, le repos) :
1. Respirer : Est la base pour réguler et ajuster les fonctions physiologiques corporelles de manière à éliminer toute énergie pathogène, pour retrouver le bon fonctionnement du corps et pour prolonger la durée de vie avec santé et sérénité.
2. Pratiquer : Entretenir et renforcer le corps pour que l’élève puisse aider les autres et qu’il trouve les énergies capables de guérir les maladies.
3. Méditer : Est une recherche personnelle pour devenir son propre Maître et pouvoir transmettre à chacun de ses élèves ses connaissances.

" Les mouvements de notre Chi Kung Fu sont accessibles à toutes et tous, chacun travaille selon ses possibilités.
C’est une technique dynamique, on pratique avec sérieux mais sans gravité, la joie et l’humour sont essentiels à l’apprentissage !
Nous travaillons pieds nus, tenue relax. "


Horaires : Les lundis et jeudis de 10h 30 à 12h
Lieu : Salle Emergences, 54, rue des cultivateurs, 1040 Etterbeek
Tarifs : 15€ le cours, carte de 10 cours à 120€

Pour plus d'infos : zonelibreasbl@gmail.com
 


A méditer
19 MAI 2022

P1250840 meditation

L’abbaye de Villers et l’association Emergences proposent leur rendez-vous annuel : une soirée de méditation en plein air avec Ilios Kotsou et Claude Maskens, accompagné·es par les deux musicien·nes Laure Stehlin et Jean-Paul Dessy.

Dans une société où tout va toujours plus vite, nous avons plus que jamais besoin de nous poser. Lieu de ressourcement et d’intériorité, l’Abbaye est l’endroit idéal pour pratiquer la méditation. 

La méditation de pleine conscience, c’est l’occasion de faire une pause pour observer et ressentir ce qui se passe à l’intérieur et autour de soi. Ilios Kotsou souligne : Apprendre à vivre en pleine conscience, c’est exercer sa capacité à sortir de ses automatismes et à être davantage présent à sa propre vie. Méditer permet de découvrir des clés pour développer sa sérénité intérieure, améliorer son bien-être, mieux se connaître, apprendre à redécouvrir les autres, se (re)connecter à ses valeurs et donc prendre davantage soin de soi, d'autrui et du monde.

Tarifs :

Adulte : 15 €
Etudiant·e, senior : 12 €
Ami·es de l’abbaye : 10 €
Enfant (6-12 ans) : 8 €

Possibilité de découvrir l’Abbaye avant la soirée de méditation. L’accès à l’Abbaye est compris dans le tarif.

Réservation indispensable avant le vendredi 27 mai via le lien : https://villers.be/fr/soiree-meditation.

Le concert se déroule en plein air, dans l’église de l’Abbaye. Des chaises sont mises à disposition. Prévoir de s’habiller en fonction de la météo.


Emergences recommande
28 MARS 2022

En 20ligne 20 2004 04

Ce refrain de George Brassens fait écho à ce que nous vivons : il ne va pas de soi d’imaginer créer, danser ou chanter en ce moment.
Nous ressentons, peut-être, une forme de honte à vivre dans la légèreté face aux tragédies qui nous entourent.
Et si cultiver notre énergie créative était une forme de contribution essentielle ?
En continuant à déployant notre créativité, nous apportons souvent beaucoup de joie autour de nous, de même que Brassens le faisait avec ses chansons : à notre famille, à nos ami·es, à nos collègues, et même parfois dans des cercles beaucoup plus larges.
Dans la conférence-atelier qu’il proposera le lundi 4 avril à Bruxelles, Sébastien Henry vous proposera de vivre de belles expériences pour continuer à prendre soin de la flamme de votre énergie créative, et réchauffer par la même occasion les personnes autour de vous.
 

Auteur de sept livres, dont le dernier « Comment les enfants nous aident à grandir », Sébastien Henry a fondé avec son épouse la Forêt des Lucioles, une école qui met la connexion des enfants à la nature et à la créativité au coeur de son projet pédagogique. 
Ce qu'il aime, c'est partager à travers ses livres et ses séminaires son expérience de la pleine conscience et de la richesse du monde. Dès son plus jeune âge, la sagesse des moines bouddhistes lui a inspiré une profonde sérénité. A présent, il souhaite propager un peu de cette douceur dans le coeur de chaque être humain, qu'il s'agisse d'enfants ou d'adultes, de chefs d'entreprise ou de responsables associatifs, de délinquants ou de citoyens modèles. 
 

Suivez sa conférence-atelier inédite, ce lundi 4 avril à Bruxelles (diffusée en ligne en direct et accessible 30 jours en replay)


Emergences recommande
06 FéVRIER 2022

Ecocide

Le nouveau film porté par la Fondation Européenne pour le droit du vivant sort ce 6 février à 12h sur YouTube. Ce documentaire explique ce qu'est un écocide, l'interdépendance du système Terre, l'activité humaine à l'origine de cette situation, et présente tout un tas de solutions déjà connues pour protéger notre planète et ses conditions de vie.
Il fait suite à « Lovemeatender », réalisé en 2010 par le Dr Yvan Beck et Manu Coerman au sujet de l'impact de la production industrielle de viande sur l’homme, l’animal et la planète. Il avait obtenu le prix Magritte du meilleur documentaire.


Lors d'un interview par vidéoconférence, Mme Jojo Metha Directrice exécutive de Stop Ecocide International a déclaré : « En réalité, il va y avoir des cas et cela va être très puissant parce que quand il y aura un premier cas jugé pour écocide, les décideurs comprendront vraiment qu'il y a la possibilité qu'ils soient personnellement tenus pénalement responsables pour leurs actions à l'égard du monde naturel. »

Cette fois, l'équipe nous emmène au fil de rencontres aux quatre coins de la planète et se greffe sur une fiction – celle d’un procès pour écocide interprété par des étudiant·e·s amateurices.
Le documentaire met en lumière lsouligne ce qu'interdépendance, ce nous partageons plutôt que nos différences et nous nous rappelle combien chaque forme de vie est essentielle à la survie de toutes. Il nous confronte aux changements de conscience et de comportements, individuels et collectifs, indispensables pour transformer nos sociétés et éviter le pire pour notre planète et ses habitant·e·s.
Il s’agit d’un film associatif et non lucratif (accessible gratuitement sur YouTube. Le but est que tout le monde puisse avoir accès aux images du film, soit sur les réseaux sociaux, soit lors de projections-colloque dans des établissements scolaires, des associations ou des collectivités locales. Un dossier pédagogique a été prévu à cet effet.
De manière cohérente avec l’esprit du film, les responsables se sont efforcés dans son tournage et sa réalisation d’approcher le « zéro carbone ».

 


A méditer
17 JANVIER 2022

Design 20sans 20titre 20 4

Fonte des glaces, augmentation du niveau de la mer, multiplication des espèces en voie de disparition… La situation climatique ne va pas en s’arrangeant. Il incombe à chacun de nous de considérer davantage l’impact de nos activités sur l’évolution du climat, faute de quoi les conséquences pourraient s’avérer irréversibles.

Le problème, c’est que nous sommes enraciné·e·s dans un système économique et sociétal qui fait naturellement obstacle à la sauvegarde de notre environnement. Plusieurs gouvernements ont, certes, entrepris des démarches telles que la réduction des émissions de gaz à effet de serre et la diffusion de messages de prévention, mais la mise en place de ces mesures n’a manifestement pas suffi. En effet, le réchauffement climatique en 2021 ne montre aucun signe de ralentissement. Pourtant, nous avons conscience de la catastrophe avenante. Pourquoi, dans ce cas, continuons-nous d’agir dans l’intérêt contraire de la planète ?

Certaines recherches en neurosciences peuvent décemment apporter une réponse à cette question. Les neurones du striatum, qui charrient de la dopamine et du plaisir, sont le moteur principal des humains. Parallèlement, notre cortex cérébral s’est largement développé au fil des années, à un point tel qu’il est aujourd’hui capable de procurer au striatum presque tout ce qu’il désire, parfois sans effort. Or, le striatum ne demande que cela. Il ne veut pas se limiter. Maîtrisant toujours plus de technologies pour assouvir nos besoins, nous sommes devenus quasiment incapables de nous modérer. Très peu de personnes seraient prêtes à renoncer au confort qui leur est accordé présentement, au profit d’un futur qu’elles ne connaitront jamais. Cette mécanique obstinée menace aujourd’hui de nous asphyxier, non seulement en polluant les rapports entre nous, mais aussi en causant des dégâts profonds sur nos modes de vie et notre environnement.

 

La problématique à laquelle nous sommes confronté·e·s aujourd’hui est très complexe, car il s’agit d’un véritable cercle vicieux. Quand des avantages instantanés qui flattent notre striatum sont proposés ici et maintenant, qu’est-ce qui pourrait nous empêcher de les saisir sans attendre ? Comment changer notre cerveau ?

Cela fait maintenant un mois que je travaille chez Emergences en tant que stagiaire, mais j’avais commencé à suivre le cycle ‘Apprivoiser l'éco-anxiété par la pleine conscience et la reconnexion au vivant’ avant mon arrivée. La première chose que j’ai pu remarquer, c’est que la manifestation de cette éco-anxiété est propre à chacun·e. Pour certain·e·s, elle peut se manifester par une profonde tristesse. Pour d’autres, par de la colère et une envie de lutter contre les maux qui accablent notre planète. Au cours des séances, il nous était proposé d'allier la pratique de la méditation à des exercices de reconnexion au vivant, nous rappelant l’interdépendance entre notre santé et celle de notre environnement. J’ai pu découvrir sous un tout nouveau jour le lien émotionnel qui nous rattache à Mère Nature, et me rappeler que nous faisons partie d’un tout : prendre soin de soin de nous, c’est aussi – et particulièrement – prendre soin de la Terre sur laquelle nous vivons.

Lorsqu’on prend conscience de ce lien, toute la menace qui pèse sur l’ensemble de la biodiversité nous parait soudain complètement absurde. S’il y a bien une chose que je retiendrai de ce cycle, c’est que la nature incarne notre alliée la plus précieuse. Or, nous agissons sans cesse comme si elle était notre pire ennemie. Certainement parce que sa protection représente un obstacle au déploiement de nos progrès technologiques et scientifiques.

Ce cycle de six séances m’a permis de réaliser beaucoup de choses, des choses qui figurent pourtant comme des réalités, voire des évidences, quand on s’y penche. Déjà, l’importance de la gratitude envers notre planète. Le fait que nous nous soyons tellement habitué·e·s à notre confort, nos réussites ; notre bonheur, en somme ; que nous en oublions la chance que nous avons. Souvent, on ne se rend pas compte, on se lasse, on en vient même à se comparer aux autres, laissant émerger des sentiments de frustration et de convoitise qui n’ont pas lieu d’être. Se rappeler du simple fait que nous sommes vivant·e·s, et remercier la Terre pour cela, c’est cultiver notre attention et notre conscience des nombreux bienfaits qu’elle nous procure.

Aujourd’hui, la plupart des humain·e·s se sentent déconnecté·e·s de la nature. On assiste non pas seulement à une crise écologique, mais aussi à une crise des valeurs. Les décisions prises dans les pays développés tendent généralement vers la volonté d’assurer la survie de l’espèce humaine, mais pas vers une remise en question de nos modes de vie et de pensées. Pourtant, la société de surconsommation que nous avons progressivement bâtie ne pourra pas subsister sur le long-terme. Avec ce cycle, j’ai pu apprendre à voir le monde sous un tout nouvel angle. En reconnaissant la valeur inhérente de tous les êtres vivants, je me suis mise à leur place, et ça m’a donné envie de changer mes habitudes, d’œuvrer pour une société plus respectueuse de l’environnement.

‘Agir’, voilà le mot qui m’a le plus interpellée au cours de ce programme d’écologie profonde. Souvent, en tant que spectateur·ices de la catastrophe environnante, nous nous contentons de remarquer, mais nous n’agissons pas. Sûrement parce que nous ne savons pas quel rôle jouer dans tout cela. Nos instructrices, Caroline Lesire et Isabelle Giraldo, ont su nous dépeindre de quelles différentes manières nous pourrions contribuer à opérer les changements auxquels la crise nous accule : par l’action collective, par un travail intérieur, par des représentations culturelles alternatives… tant de rôles possibles à incarner !

Ce que j’ai trouvé touchant, c’est de voir cette solidarité et cette tendresse émerger entre l’ensemble des participant·e·s à ce cycle, alors que nous communiquions en ligne. Chaque personne était différente, mais venait pour une seule et même raison : l’amour de cette Terre. Certain·e·s exprimaient avec véhémence leur sentiment de révolte face à tant de négligence, d’autres souhaitaient tout simplement se reconnecter au vivant et à la Terre. Et c’est merveilleux, car j’ai pu ressortir enrichie de ces deux expériences : d’un côté, j’ai appris à considérer la nature comme une précieuse amie, et de l’autre, j’ai nourri l’indignation nécessaire pour me donner l’envie de réagir.

Comment amorcer le changement vers une société plus durable ? Pour moi, la solution réside essentiellement dans le changement de la conscience humaine. Notre striatum nous pousse sans cesse à repousser les limites de notre propre satisfaction, et alors ? N’est-ce pas parce qu’on lui a appris à aimer les mauvaises choses ? Parce qu’on l’a habitué à la facilité, à la surconsommation, au toujours plus ? A la place, ne devrions-nous pas lui rappeler combien la nature est belle, riche, et bienfaisante ? Des cycles tels que ‘Apprivoiser l’éco-anxiété par la pleine conscience et la reconnexion au vivant’ devraient être suivis par tous les enfants dans un cadre éducatif, et ce dès leur plus jeune âge. Apprendre à aimer et à respecter la vie, telle est la clé pour enclencher un changement des mentalités.

 

Si le programme vous intéresse, n’hésitez pas à vous inscrire ici.

Le prochain cycle se déroulera du 17 février 2022 au 24 mars 2022 de 10h à 11h30, en ligne. 


Des nouvelles d'Emergences
14 JANVIER 2022

Whatsapp 20image 202022 02 18 20at 2011 00 22

Les prochains cycles d'initiation proposés par Emergences sont les suivants : 

Waterloo avec Laurent Kahn le lundi soir à partir du 24/1 : https://www.emergences.org/events/mindfulness-laurent-janvier-22
Forest avec Nastasya van der Straten le lundi matin à partir du 31/1 : https://www.emergences.org/events/mindfulness-nastasya-janvier-22
Uccle avec Valérie van Nitsen le jeudi soir à partir du 3/2 : https://www.emergences.org/events/mindfulness-valerie-fevrier-jeudi
A Mons avec Delphine Lusardi le jeudi soir à partir du 3/2 : https://www.emergences.org/events/mindfulness-delphine-fevrier-jeudi-22
Etterbeek avec Ozan Aksoyek le lundi soir à partir du 7/2 : https://www.emergences.org/events/mindfulness-ozan-fevrier-lundi-2022
Etterbeek avec Ozan Aksoyek le mardi soir à partir du 8/2 : https://www.emergences.org/events/mindfulness-ozan-fevrier-mardi-2022
Etterbeek avec Ozan Aksoyek le mercredi matin à partir du 9/2 : https://www.emergences.org/events/mindfulness-ozan-fevrier-mercredi-2022
 


Des nouvelles d'Emergences
09 DéCEMBRE 2021

Visuelprezens

Après 3 ans de réflexion et de travail avec les plus grand·e·s expert·e·s et scientifiques du domaine, nous sommes ravi·e·s de vous présenter Prezens, la nouvelle appli de méditation. Imaginée et conçue au sein de l’association Emergences, Prezens est la première application 100% solidaire créée par des méditant-es, pour donner envie à toutes et tous de se mettre sur le coussin. Chaque programme proposé est unique et a été conçu par une personne qualifiée pour partager la méditation. La diversité des parcours offre un accompagnement adapté à de nombreuses circonstances de vie. L’appli nous invite à cultiver une attention bienveillante envers nous-mêmes mais aussi envers les autres et la nature.

-100% solidaire et 100% utilisable quels que soient mes moyens. Si vous n'avez pas les moyens de vous abonner, vous pouvez quand même avoir accès à 100% du contenu et des fonctionnalités. 

-Simple et accessible quelle que soit ma connaissance de la méditation

Que vous soyez débutant·e, pratiquant·e confirmé·e ou même que vous n’ayez jamais médité, Prezens vous accompagne avec clarté, chaleur et simplicité.

-Une application qui crée des liens entre utilisateurices. Avec l’appli Prezens, vous pouvez créer un groupe privé pour méditer avec d’autres membres et ensuite, échanger vos expériences. Prezens vous permet aussi de remercier les personnes qui ont médité en même temps que vous. Pour que méditer ne soit pas uniquement une pratique solitaire mais aussi un moment solidaire! 

-Un contenu riche et varié: Chaque jour sur l’appli Prezens, vous pouvez découvrir une nouvelle méditation, en lien avec une citation et une réflexion pour continuer à vous inspirer tout au long de la journée. Vous y trouverez des contenus en lien tant avec le calme intérieur, la gestion du stress, les relations, les enfants que la compassion.

-Une communauté d’instructeur/ices compétent·e·s et engagé·es

L’appli Prezens n’est pas seulement une collection de voix, c’est une communauté d’instructrices et d’instructeurs compétent·e·s et engagé·e·s, dont Matthieu Ricard, Nicole Bordeleau et bien d’autres...

-Un ancrage scientifique basé sur la recherche

Avec Prezens, nous voulons nourrir ce lien entre science et pratique. Notre comité scientifique est composé de chercheuses et chercheurs de pointe dans ce domaine, comme Steven Laureys, Rebecca Shankland, Matthias Butaud et Marine Paucsik. 

L’appli Prezens est le prolongement naturel de l'initiative Prezens qui a offert plus de mille méditations quotidiennes gratuites pour soutenir les personnes qui en auraient besoin depuis le premier confinement.

 

Les partenaires du projet Prezens:

-Karuna-Shechen, l’ONG de Matthieu Ricard qui promeut l’atruisme en action: https://karuna-shechen.org/

-Le Jardin Musical, l’écosystème créatrif créé par Julien Brocal, pour les liens entre musique et contemplation: https://www.jardinmusical.org/

-La chaire Paix économique, Mindfulness et Bien-être au travail, crée par Dominique Steiler, qui supervise les contenus en lien avec les entreprises et qui oeuvre pour un monde économique au service du vivant: https://www.paixeconomique.fr/

L’appli peut être téléchargée ici: http://onelink.to/prezens


Emergences recommande
08 DéCEMBRE 2021

Design 20sans 20titre 20 6

Dotée d’une curiosité insatiable et passionnée par le développement personnel, Florence Servan-Schreiber est parmi les premières à avoir enseigné la PNL (Programmation neurolinguistique) en France. L’écriture regroupe tout ce qu’elle affectionne : les mots, l’expression libre, la connaissance de soi. Dans son livre Bloum!, elle explique comment l’écriture permet d’engager un véritable cheminement intérieur. 

Selon elle, certaines charges sont trop lourdes à porter pour être assumées tout.e seul.e. Pour autant, il est quelquefois délicat de partager un secret, que ce soit par pudeur ou par volonté de préserver l’autre. L’écriture permet de nous libérer du poids de nos émotions, dissimulations et inquiétudes, sans qu’autrui n’ait à porter le moindre jugement dessus. S’exprimer par écrit incite le cerveau à réfléchir sur l'événement vécu, à y donner du sens, et par conséquent, à mieux l’accepter. On fait le ménage de notre chambre intérieure en évacuant le stress et autres pensées noires. Ainsi, le présent est prêt à être accueilli.

Elle évoque plusieurs pratiques d’écriture visant à se faire du bien, voire à guérir de certaines blessures. L’écriture expressive, par exemple, consiste à ‘se purger’ en racontant par écrit un événement personnel traumatisant et/ou générateur de stress. L’appréciation, quant à elle, nous incite à employer des termes positifs pour décrire nos bouleversements. Pour certaines méthodes, il y a même des rituels à appliquer. C’est notamment le cas de l’écriture proprioceptive (par définition, l’écriture reliée à la position et aux mouvements). 

Prenez place dans un endroit calme, allumez une bougie et mettez de la musique baroque. Ecoutez ce que vous dit votre voix intérieure et écrivez au fil de l’eau. Il s’agit de laisser surgir vos pensées, donner libre cours à votre créativité et ouvrir les voies d’expression.

L’écriture proprioceptive permet de focaliser son attention sur le présent. Elle ressemble presque à une méditation. Parallèlement au coussin sur lequel on s’assoit, la bougie est le point d’ancrage sur lequel on se concentre. La seule différence, c’est qu’écrire consiste à se laisser porter par ce que nous dicte notre esprit, alors que la méditation tend justement à se recentrer. 

Ainsi, l’écriture libère le flux des pensées. Le principe diffère peut-être de celui d’une méditation en pleine conscience, mais ses effets secondaires s’en rapprochent. Une vraie purge intérieure, qu’il vous est possible d’entamer juste avec votre stylo !

Cet exercice n’est pas tâche facile pour tout le monde, surtout pour ceux qui complexent sur leurs fautes d’orthographe ou leurs tournures de phrases maladroites. Pourtant, il ne faut pas chercher à être perfectionniste. Le perfectionnisme est l’ennemi de la créativité. Florence Servan-Schreiber est d’ailleurs convaincue qu’un écrivain sommeille en chacun de nous. Elle agit pour lever le barrage du droit à l’écriture, dont nous ne pouvons pas être privés juste sous prétexte que notre orthographe est imparfaite. Elle a même créé un atelier dans l’optique de permettre à chacun de développer son génie créatif.

Une aventure à commencer prochainement avec Emergences ! Rendez-vous le 15 décembre 2021 à 20h pour un webinaire de Florence Servan-Schreiber : Ecrire pour s’épanouir. Elle vous a même concocté un exercice d’écriture expresse pour vous donner un avant-goût agréable de ses bienfaits. 

Pour vous y inscrire, c'est par ici : https://tinyurl.com/2p8t9jxr


Des nouvelles d'Emergences
01 NOVEMBRE 2021

Valerie

Qu’est-ce que ça t’apporte, la pleine conscience ?   

Quand je pratique, je me sens comme une navigatrice qui sort des tempêtes de la vie et trouve un port, un havre de paix ! La pleine conscience me permet de plonger dans la présence et le ressenti, d’être pleinement dans « l’ici et maintenant », de retrouver mon axe, mon centre et de sentir profondément combien la vie est précieuse !

Je deviens capable de calmer et de poser mon esprit. Cela me permet de me libérer de mon encombrement mental, de mes automatismes, et aussi des croyances et perceptions erronées que nous avons finalement tous sur nous-mêmes.   

Mais bien sûr un port est une escale et non pas un but, je ne peux pas m’y éterniser ! Lorsque j’aurai déchargé et rechargé mes marchandises je pourrai repartir en pleine mer en étant confiante et aguerrie !   

Quels sont les bénéfices de la médiation d’après vos participants ?   

« Ça nous dote d’une boussole intérieure sur laquelle nous pouvons compter ! »   

« Ça m’a permis de me sentir moins balloté par les difficultés du monde extérieur, et de me sentir plus en sécurité intérieurement »   

« ça m’a permis de voir les difficultés de la vie plus comme un défi que comme une menace et de redécouvrir ce qui m’entourait avec un autre regard, en étant plus ouverte et bienveillante.»  

 « J’ai repris confiance en moi, j’ai appris à moins me juger, à calmer le flot de mes pensées parfois négatives qui me faisaient du mal et m’empêchaient d’avancer ! »   

« Grâce à la pratique, j’arrive à être plus en relation avec moi-même et les événements qui se produisent. Je me sens capable d’avoir une meilleure compréhension de ce qui m’arrive et également capable de plus bonté à l’égard des autres et de moi-même. »   

« J’arrive à mieux vivre dans l’ici et maintenant, plutôt que de vivre dans le passé ou de me projeter constamment dans l’avenir. »  

« La méditation m’apporte quotidiennement une source de joie. » 

« L’autocompassion m’a permis de considérer mes défauts avec plus de bonté, en évitant les jugements négatifs et de mieux m’accepter avec mes imperfections.”   

Les différences entre pleine conscience et auto-compassion en pleine conscience ?  

La pleine conscience m’apporte plus de lucidité sur ce que m’arrive, me permet d’embrasser le réel à bras le corps tandis que l’autocompassion, m’apporte la douceur et le soutien dont j’ai besoin quand je traverse des situations difficiles. Toutes deux soulagent la souffrance ! Ensemble elles sont les meilleures amies ! Elles me permettent de traverser la vie dans un état de présence chaleureuse et bienveillante ! 

S'inscrire au cycle d'autocompassion en pleine conscience avec Valérie, c'est par ici.


Logo