Logo

Se changer, changer le monde

Blog transparent
Blog

Emergences recommande
24 FéVRIER 2017

14265040 10153851409695777 5390414398693527556 n

Rebecca Shankland est une psychologue française, chercheure brillante (maître de Conférences à l'Université Grenoble Alpes, responsable du Diplôme Universitaire de Psychologie Positive) et une femme au coeur gros comme ça, qui applique dans la vie ce qu'elle enseigne avec passion à Grenoble et ailleurs, pour notre plus grand bonheur.
Sorti en septembre 2016, son ouvrage "Les pouvoirs de la gratitude" constitue une excellente synthèse des recherches actuelles concernant les effets de la gratitude sur le bien-être physique, mental et social.
C'est un livre complet, argumenté, éclairé par de nombreux travaux scientifiques qui nous donne plein d'idées pour que la gratitude devienne une pratique naturelle et quotidienne.
Vous y découvrirez des pratiques permettant de développer la capacité à réorienter l'attention vers les expériences positives du quotidien à l'école, en famille au travail et lorsque l'on fait face à des événements de vie difficiles. 
Une communauté autour du livre et de la psychologie positive existe sur Facebook. 

 


Emergences recommande
15 FéVRIER 2017

9782330063276fs

Co-écrit par Thomas d'Ansembourg et David Van Reybrouck, deux auteurs que nous avons eu le plaisir d'inviter lors de nos Journées Emergences il y a quelques années, "La paix, ça s’apprend ! Guérir de la violence et du terrorisme" est un petit ouvrage qui vaut vraiment le détour.
Sorti début novembre chez Actes Sud, il est le fruit des réflexions croisées de deux amis autour d’une idée simple à laquelle nous croyons nous aussi énormément : la paix intérieure est nécessaire pour contribuer à transformer le monde et le rendre plus altruiste et moins violent.
L'historien et le psychothérapeute proposent tout simplement d'apprendre à faire la paix afin de guérir en profondeur des terribles violences qui déchirent nos sociétés. Face à la peur et à en réponse à de nombreux maux de notre époque, les auteurs défendent par la connaissance et la pacification de soi et par l'intériorité citoyenne. Car un citoyen pacifié est un citoyen pacifiant. Et toc ;-)

 

 


Emergences recommande
31 JANVIER 2017

Affiche et 20les 20mistrals 20gagnants 120 date

Ambre, Camille, Charles, Imad et Tugdual ont entre six et neuf ans. Ils vivent dans l’instant. Avec humour et surtout l’énergie optimiste de l’enfance, ils nous prennent par la main, nous entraînent dans leur monde et nous font partager leurs jeux, leurs joies, leurs rires, leurs rêves, leur maladie. ​Avec beaucoup de sérénité et d’amour ces cinq petits bouts d’Homme nous montrent le chemin du bonheur.

Anne-Dauphine Julliand, journaliste et auteure de "Deux petits pas sur le sable mouillé" et "une Journée particulière" nous avait émus lors de sa venue aux Journées Emergences, en septembre 2013.

Elle sera de retour à Bruxelles (UGC de Brouckère) le vendredi 17 février à 19h30 pour la projection en avant-première de son nouveau documentaire intitulé "Et les Mistrals Gagnants".

Achetez votre place au tarif adhérent Emergences

Achetez votre place au tarif UGC

Voici la bande-annonce, et les premières réactions de spectateurs. Apparemment, on sourit du début à la fin devant ce qui semble être un véritable hymne à la vie.
Nous avons hâte de partager ce moment avec vous. Emergences est partenaire de la soirée et outre la présence d'Ilios lors du débat avec la salle, nous avons également des places en prévente à tarif préférentiel pour nos membres adhérents.

Devenez adhérent/e

Un film à hauteur d’enfant, sur la vie tout simplement, à voir en famille, et que nous vous proposons de découvrir en avant-première, en présence de la réalisatrice et d'Ilios Kotsou, qui débattront avec la salle après la projection.

La séance aura lieu le vendredi 17 février à 19h30 à l'UGC de Brouckère (Bruxelles) et sera, pour les membres adhérents d'Emergences, la au tarif exceptionnel de 7 euros.

La Ligue des Optimistes du Royaume de Belgique est partenaire de la soirée.

 


Des nouvelles des projets soutenus
16 JANVIER 2017

Potagers verticaux bidonvilles bresiliens l v9ccdt

La communauté des Petits Prophètes (association brésilienne que nous soutenons à travers l'ASBL 'Les Enfants de la Rue - Brésil) a décidé de lutter contre la malnutrition en créant de petits potagers verticaux à partir de bouteilles plastiques récupérées dans le fleuve Capibaribe.
Donner du poisson ou apprendre à pêcher ? La réponse est connue.
On pourrait se contenter de donner des légumes aux enfants du projet, mais on préfère, en plus, leur apprendre à cultiver.
Et comme le terrain fait cruellement défaut, il faut être inventif de part et d’autre !

Cette vidéo vous présente ce projet innovant et démontre qu'avec un peu d'idées et de bonnes volontés, des solutions simples peuvent être mises en place pour améliorer ce monde.
 

 


Des nouvelles d'Emergences
11 JANVIER 2017

Img 1704

"On ne renforce pas l'esprit en le faisant bouger dans tous les sens,
comme on le fait pour renforcer le corps. 

On le renforce en l'amenant à un point d'arrêt,
en l'amenant au repos."

Ajahn Chah

 

Nous sommes heureux de vous partager
les différents activités "pleine conscience"
proposées ce trimestre par Emergences 
 

A Nivelles
Cycle le vendredi après-midi animé par Nastasya Van der Straten : début le 13 janvier
Retraite en silence animée par Ozan Aksoyek : du 10 au 16 avril

A Bruxelles
Cycle en soirée (le mercredi) animé par Nastasya Van der Straten (complet) :  début le 11 janvier
Cycle en matinée (le lundi) animé par Ilios Kotsou (complet) : début le 16 janvier
Cycle spécial futurs parents le samedi matin animé par Aline Schoentjes et Caroline Lesire : début le 4 février
Cycle en soirée (le lundi) animé par Ozan Aksoyek : début le 13 février
Cycle en soirée (le mardi) animé par Ozan Aksoyek : début le 14 février
Cycle le mercredi matin animé par Ozan Aksoyek : début le 15 février
Cycle en matinée (le lundi) animé par Ilios Kotsou : début le 8 mai

A Liège
Cycle le lundi après-midi animé par Caroline Jacob : début le 6 février
Cycle en soirée (le mercredi) animé par Caroline Jacob : début le 8 février
Cycle le vendredi après-midi animé par Caroline Jacob : début le 10 février

Au plaisir de cheminer avec vous :-)
Pour toute question pratique relative aux cycles, contactez erkyna@emergences.org !

 

 


Des nouvelles d'Emergences
21 SEPTEMBRE 2016

Fo9a6838

Après nous avoir offert chaque matin du mois d'août une méditation sur France Culture, Christophe André revient chaque semaine sur France Inter avec une chronique sur "ce qu'il a vu", dans l'émission "Grand bien vous fasse".
C'est dans cette même émission qu'étaient invitées mardi Céline Alvarez et Catherine Gueguen pour partager leur expérience de transmission différente.
Le même jour, c'est au micro de Flavie Flament que Rebecca Shankland & Ilios Kotsou ont parlé de gratitude.
Hier matin, c'est encore et toujours au sujet de la transmission que Frédéric Lenoir, Gauthier de Pierpont & Ilios Kotsou ont parlé dans l'émission "Questions Clés" pour parler de transmission. Et ce matin, c'est encore Céline Alvarez qui est l'invitée de Véronique Thyberghien.
On se réjouit de les et de vous retrouver, en vrai, dans 2 jours, à l'auditorium 2000 :-)
 


Des nouvelles d'Emergences
27 JUILLET 2016

Cropped 960x250 wqsp 10 20 15

A la rentrée, Emergences vous propose de nombreux cycles mindfulness, dont 2 spécifiques : un cycle de préparation à la naissance et un cycle d'approfondissement "pleine conscience et communication".
Inscrivez-vous à nos séances d'info, à Bruxelles, Liège et Court Saint Etienne !

Cycles mindfulness en 8 semaines

A Liège, 3 cycles animés par Caroline Jacob, programmés chacun à un horaire différent :
Chaque lundi de 14h à 16h30, du 5 septembre au 24 octobre
Chaque mercredi de 19h à 21h30 du 7 septembre au 26 octobre (complet)
Chaque vendredi de 14h à 16h30 du 9 septembre au 28 octobre

A Bruxelles, cycles animés par Ilios Kotsou, Ozan Aksoyek et Nastasya Van der Straten
Chaque lundi de 19h à 21h30 du 5 septembre au 31 octobre (complet))
Chaque mardi de 19h à 21h30 du 6 septembre au 25 octobre (complet)
Chaque mercredi de 9h30 à 12h du 7 septembre au 26 octobre

Chaque jeudi de 13h30 à 16h du 8 septembre au 27 octobre
Chaque lundi de 9h30 à 11h du 19 septembre au 14 novembre (complet)

A Court Saint-Etienne, cycle animé par Nastasya Van der Straten
Chaque jeudi de 9h à 11h30 du 8 septembre au 27 octobre
 

Programmes spécifiques

A Bruxelles, cycles animés par Caroline Lesire, Faouzia Ismaïli et Ozan Aksoyek

* Préparation à la naissance basée sur la pleine conscience en 8 semaines
Chaque vendredi de 18h15 à 20h45 du 30 septembre au 18 novembre

* Cycle d'approfondissement "pleine conscience et communication" en 6 semaines
Chaque vendredi de 9h30 à 12h du 16 septembre au 28 octobre


Des nouvelles d'Emergences
16 MAI 2016

Fullsizerender

Habituellement en charge des questions internationales pour La Libre Belgique, la journaliste Sabine Verhest s'est aventurée... à Liège pour une immersion "pleine conscience" avec Caroline Jacob, notre nouvelle instructrice pleine conscience labellisée "Emergences" dans la région. Avec à la clé un dossier passionnant sur l'aventure de la pleine conscience dans le supplément Memento, à découvrir ici.
La prochaine séance d'info pour les groupes que Caroline animera à la rentrée aura lieu le lundi 6 juin à 20h, participation gratuite mais inscription recommandée (rubrique agenda).


 


Des nouvelles d'Emergences
05 AVRIL 2016

1150333 1226585507370552 349893019374352749 n

Nous sommes heureux de vous annoncer la venue du Dalaï-Lama à Bruxelles en septembre prochain, deux semaines avant nos traditionnelles journées Emergences, qui se dérouleront cette année le weekend du 24 et 25 septembre sur le thème de la transmission (plus d'infos prochainement).
Il participera à la conférence scientifique Power & Care du 9 au 11 septembre à BOZAR et donnera une conférence publique le dimanche 11 septembre au Palais 12.
Emergences est partenaire de Mind and Life Europe pour l'organisation et la promotion de ces événements.
Infos et réservations :
http://www.powerandcare.org/
http://www.dalailama2016.be/
Prix préférentiel pour les membres Emergences (destiné aux personnes n'ayant pas les moyens financiers actuellement de débourser le prix normal) : 154 euros au lieu de 490 euros. Pour en bénéficier, devenez membre d'Emergences en ligne puis cliquer sur ce lien qui vous permettra de réserver au tarif préférentiel.


Les tourbillons de la vie par Edel Maex
04 AVRIL 2016

Sans titre 2 copie

"Le droit d’exister est le point de départ pour tout. C’est reconnaître l’existence d’une personne en tant que personne. Non pas parce que cela m’arrange, ni parce que cette personne satisfait mes espérances, mais parce qu’elle est là. (...) Depuis ce droit d’existence intangible, depuis ce lieu dont je ne peux être délogé, et vous non plus d’ailleurs, je peux reprendre pied dans le monde, agir, trébucher, rencontrer la beauté humaine, être profondément blessé, et surtout vivre, vivre intensément avec tout ce que cela implique, le beau et le laid, la joie et le tragique de ce qu’est l’essence même de l’humain. ."

Edel Maex publie régulièrement de très beaux textes sur son blog. Grâce à l'aide généreuse de bénévoles, nous avons entrepris de les traduire en français afin d'en faire profiter un plus grand nombre. Merci à Anne-Marie qui a traduit ce billet.

Dans notre groupe zen, nous avons l’habitude de nous incliner, d’abord vers nos coussins, puis vers chacun d’entre nous, et ensuite d’aller nous asseoir. C’est un rituel simple. Les nouveaux arrivants sont souvent surpris et nous demandent la signification de ce rituel. Une des caractéristiques du bouddhisme est la signification, le sens donné à chaque rituel. Nous n’accomplissons pas ces gestes par habitude ou pour nous plier à une convenance.
Pour les Occidentaux modernes que nous sommes, s’incliner est difficile. C’est comme s’il fallait se soumettre à une haute autorité. Mais on peut s’incliner devant et s’incliner vers. Alors que s’incliner devant est un signe de soumission, s’incliner vers est un geste de respect, de reconnaissance. Dans notre groupe zen, nous faisons uniquement des inclinaisons vers. Si je m’incline vers mon coussin, je me donne à moi-même le droit d’exister. En nous inclinant les uns vers les autres, nous reconnaissons réciproquement notre droit d’existence.

Le droit d’exister est le point de départ pour tout. C’est reconnaître l’existence d’une personne en tant que personne. Non pas parce que cela m’arrange, ni parce que cette personne satisfait mes espérances, mais parce qu’elle est là. Par le salut à notre propre place et aux personnes présentes, nous exprimons cela délibérément. Après la méditation, nous récitons ou chantons: « Les êtres vivants sont innombrables mais je fais le vœu de tous les libérer ». La première chose dont je dois délivrer les autres (et moi-même), c’est l’exigence de répondre à mon plan, à mon besoin. Libérer l’autre, c’est avant tout reconnaître l’autre comme autre.

C’est une illusion de penser qu’un autre, ou moi-même, pourrait répondre à mes espérances. Non pas à cause de l’imperfection de l’autre ou de moi-même, mais bien parce que mes désirs sont  sans fin. L’autre ne remplira jamais ce grand vide en moi, ce puits sans fond, ce manque infini. C’est pour cela que les relations se brisent. Nous espérons que l’autre nous rendra heureux. Parfois, on se le promet l’un à l’autre. Mais cela n’arrivera jamais. Vivre ensemble, ce n’est possible qu’à la condition que l’autre puisse être autre et reconnu comme tel. C’est très fragile. Il suffit d’un qui ne s’y tienne pas, et on se sent étranger chez soi.

Dans le groupe aussi: il suffit d’un qui réclame toute l’attention sans avoir d’attention pour les autres, et il n’y a alors plus d’espace pour la vulnérabilité. Dans la vie en société également: il suffit d’une personne en possession d’une arme et c’en est fini de la sécurité dans les rues. Nous sommes dépendants les uns des autres.

Nous pourrions considérer que tout ce que nous affirmons ici à propos du droit d’existence relève du monde des chimères et nous promener tous, au propre ou au figuré, avec des armes. Nous vivrions alors dans une guerre perpétuelle. Ou nous pourrions, peut-être contre toute évidence, recommencer toujours, échouer, et à nouveau se donner une chance. C’est ce que nous exprimons  par le geste rituel du salut. Chaque fois. Et c’est pourquoi nous disons : « Je promets de tous les libérer. » C’est un choix.

Ensuite nous nous asseyons sur notre coussin et nous donnons le droit d’être à tout ce qui advient, à nos pensées, nos émotions, notre corps. Rien n’est exclu. Cela englobe aussi l’image que nous avons de nous-mêmes, l’image que nous avons des autres, les attentes que nous avons envers nous-mêmes et envers les autres. Si tout a le droit d’exister, aucune de ces sensations n’est exclue. Nous donnons le droit d’exister, mais pas le droit d’exclusivité. Nous ne nous y identifions pas.

Selon certaines traditions bouddhistes, la reconnaissance de soi constitue un tabou intégral. Le soi, l’ego sont considérés comme un obstacle sur le chemin vers l’illumination; la soumission radicale au professeur, telle est la voie vers la libération de soi, et la mort de l’ego le but de la pratique. Là, on s’incline à nouveau devant. A mes yeux, c’est une forme de violence. Notre ego aussi a le droit d’exister, simplement exister, sans exclusivité.

Je ne peux être pour les autres que ce que je suis pour moi-même. Je ne peux reconnaître l’existence de l’autre que si je reconnais d’abord ma propre existence. Selon mon expérience personnelle, la plus grande difficulté à cet égard est le chagrin de ne pas s’accepter soi-même. M’accepter tel que je suis signifie aussi accepter ma tristesse et ma douleur. Parfois cela devient tellement envahissant que l’on s’isole. C’est ce que j’ai ressenti dans ma vie et c’est ce que je vois souvent chez les autres. Dans ma crispation à garder le chagrin à distance, j’étais devenu dur et impitoyable tant pour moi que pour mon entourage. Ce n’est qu’en apprenant à méditer que j’en ai pris conscience, ce qui a rétabli le flux. Ceci ne peut s’opérer qu’au moyen d’une compassion sans borne.

Depuis ce droit d’existence intangible, depuis ce lieu dont je ne peux être délogé, et vous non plus d’ailleurs, je peux reprendre pied dans le monde, agir, trébucher, rencontrer la beauté humaine, être profondément blessé, et surtout vivre, vivre intensément avec tout ce que cela implique, le beau et le laid, la joie et le tragique de ce qu’est l’essence même de l’humain. C’est pour cette raison que dans notre groupe nous avons l’habitude de ne pas nous incliner en quittant le zendo : nous ne partons pas, nous n’abandonnons rien derrière nous.

 


Logo