Logo

Se changer, changer le monde

A travers nos actions, nous oeuvrons à l'émergence d'un monde plus conscient, plus altruiste, plus chaleureux et plus solidaire



E cc 81motions
La pleine conscience, ce n’est pas ‘arrêter de penser’
Les tourbillons de la vie par Edel Maex
14 février 2018

 

‘Comment puis-je arrêter de penser ?’. Ce n’est pas possible. Si ce n’est en faisant appel à un anesthésiste.

 

 

Après l'atelier sur la méditation et la compassion que notre généreux Edel Maex nous a proposé avec toute la simplicité et la profondeur que nous lui connaissons, voici un billet traduit de son blog par Lydwine, une de nos bénévoles.  Merci à elle.  

 

Votre esprit est le reflet de votre vie. C’est son rôle. La seule façon de rendre votre esprit plus tranquille est de vivre plus tranquillement.

Vous pouvez également essayer de distraire vos pensées en vous concentrant sur autre chose. Si cela fonctionne, certaines pensées disparaîtront pour un moment. Mais ne pas penser un moment à quelque chose ne signifie pas que cette chose a réellement disparu. En pleine conscience, nous n’écartons pas certaines pensées. La pleine conscience est juste l’inverse. Nous allons regarder comment les pensées se produisent. Parfois, elles passent à toute vitesse, parfois elles s’immiscent difficilement en nous. Nous restons présents. Nous les voyons se produire sans rien contenir, sans nous laisser entraîner par elles. 

lire la suite


Blog 20emergences 20photo 20arbre de joie
Les chemins de la joie
Emergences recommande
17 janvier 2018

 

La joie est l’émotion que l’on ressent de la connexion aux autres, de la connexion à soi. Elle est présente lorsque nous atteignons nos objectifs, elle nous traverse lorsque nous sommes reliés entre nous et reliés aux éléments (terre, mer, air), nous pouvons par exemple la ressentir quand nous marchons dans la nature.  Sauter, courir, danser, chanter, faire la fête, tous ces éléments sont sources de joie sur notre propre chemin de vie.

 

 

Dans ce livre que Michelle a lu pour nous, l’auteure nous prend par la main et nous guide au travers des chemins du mieux vivre. 

Isabelle Filliozat marque bien la différence entre plaisir et joie, cette dernière étant le résultat du mouvement, de l'effort, de l'attention et de la connexion.

En fait, l’auteure nous explique que tout est lié, mieux vivre augmentera notre joie et si notre joie augmente alors notre mieux vivre augmentera. Elle nous explique aussi ce qu’est «  le flow »," cet état indicible, où l’on explore les racines de la joie, son expression, sa physiologie, ses hormones, ce qu'elle apporte à nos vies, comment la susciter, comment l'enseigner à nos enfants".

Tout au long du livre, elle nous offre une foule d'informations et divers exercices pratiques qui nous permettent d’augmenter la joie dans notre vie de chaque jour. Ce livre est en quelque sorte un guide pratique reprenant non seulement le concept mais aussi les idées pour ressentir ou provoquer la joie des enfants, la joie du couple. Elle se refuse à donner des conseils mais s’applique à nous informer des pistes possibles et partage ses idées. Car on ne peut ressentir la joie que si on est libre au fond de soi. 

L’auteure nous démontre aussi que contrairement à ce qui nous a souvent été enseigné, nous avons le droit d’extérioriser notre joie, car l’expression de celle-ci peut entrainer ceux qui nous entourent à se dépasser.  Elle donne l’exemple des sportifs qui voient l’un des leurs marquer un but et qui par le fait même voient augmenter les chances de mettre eux-mêmes un but.

Ce livre pourrait s’appeler « petit guide pratique de la joie au quotidien ».  Il s'adresse au grand public à l’exception d’un ou deux passages plus ‘scientifiques’.

Isabelle Filliozat sera parmi nous lors de la conférence qu'elle donnera le 25 avril. Pour vous inscrire, c'est par ici

 

lire la suite


Onesheet
Human Flow : magnifique ode à la tolérance, à la confiance et à la compassion
Emergences recommande
11 janvier 2018

"Je veux le droit à la vie, du léopard au printemps, de la graine qui éclôt. Je veux le droit du premier homme". Nazim Hikmet

C'est sur cette citation que s'ouvre le magnifique documentaire du réalisateur Ai Wei Wei "Human Flow".
Que vous soyez informé(e), impliqué(e), révolté(e) ou pas par la question migratoire, courez voir ce chef d'oeuvre qui vous bouleversera mais qui, surtout, vous reliera de coeur à coeur à ces femmes, ces enfants, ces hommes qui laissent tout derrière eux pour tenter de construire, ailleurs, une vie meilleure, loin des bombes, des persécutions, de la misère.
Du Mexique à l'Irak, de la Grèce à la Syrie, du Kenya à la France, Ai Wei Wei a filmé pendant un an dans plus de 20 pays la quête de nos frères et soeurs en humanité avec justesse, dignité et le coeur (et les yeux) grand ouverts. 
Nous organisons, en collaboration avec le cinéma Vendôme, une projection solidaire pour soutenir le formidable travail de la Plate-Forme citoyenne de soutien aux réfugiés. Rejoignez-nous nombreux le lundi 29 janvier à 20h au cinéma Vendôme.  
Visionnez ici un court extrait.

lire la suite


E cc 81motions
La pleine conscience, ce n’est pas respirer tranquillement !
Les tourbillons de la vie par Edel Maex
02 janvier 2018

"La pleine conscience, ce n’est pas apprendre à être tranquille, c’est rendre visible et devenir conscient. "

Edel Maex publie régulièrement de très beaux textes sur son blog. Grâce à l'aide généreuse de bénévoles, nous avons entrepris de les traduire en français afin d'en faire profiter un plus grand nombre. Merci à Lydwine qui a traduit ce billet.

 

Tout ce que l’on trouve sur l’Internet au sujet de la respiration en pleine conscience est alarmant. C’est cela qui donne son image nébuleuse à la pleine conscience.

Vous pouvez y lire : ‘Respirez tranquillement’. La respiration est un instrument sensitif qui nous informe immédiatement sur notre état. Si vous la dirigez en respirant plus rapidement par exemple, vous perdez votre instrument. Quand nous pratiquons la pleine conscience, nous ne vous demandons donc pas de respirer tranquillement mais de suivre la respiration, comme elle se produit naturellement, tranquillement ou non, d’une manière régulière ou non.
Ou encore : ‘En vous concentrant sur votre respiration, vous n’accordez pas d’attention aux pensées qui peuvent vous distraire’. Nous ne suivons pas la respiration pour nous distraire de nos pensées. Nous ne suivons pas la respiration parce que cela peut nous aider à rester concentrés. C’est justement parce que cela ne fonctionne pas que ce qui nous distrait et ce qui nous préoccupe devient visible.
La pleine conscience, ce n’est pas apprendre à être tranquille, c’est rendre visible et devenir conscient. 

lire la suite


Img kogis sukua
Tchendukua se mobilise pour protéger les Kogis et transmettre leur sagesse
Transmettre : le livre
18 décembre 2017

“ Les petits frères abîment tout, pas seulement la Sierra, non, ils abîment la terre, la nature, ils ne respectent rien… ”
« Parler du territoire, de l’air, de conservation de la conservation de la nature, ce sont des questions qui concernent l’humanité. Chaque jour, le territoire, la mère, notre planète, est un peu plus détruite. (…) Il va y avoir de plus en plus de catastrophes naturelles et les gouvernements ne vont plus avoir assez de ressources pour faire face aux difficultés qui vont affecter les populations, indigènes ou non indigènes en Colombie, et dans les autres pays du monde. »
Gouverneur José de Los Santos Sauna, représentant des Kogis

En Colombie , la « voix » de la nature portée par les communautés indiennes se brise contre les mines et les super projets.
Mines, barrages, grands projets, exploitations pétrolières, les communautés indiennes de la Sierra Nevada de Santa Marta réussiront-elles à repousser les vagues de développement qui menacent leurs territoires ancestraux ?
Depuis le mois de novembre, les peuples autochtones de ces régions se mobilisent ardemment (hélas dans l'indifférence générale) pour réclamer que leur territoire ancestral soit protégé de toute exploitation minière. Jusqu’ici, aucun accord n’a pu aboutir entre le gouvernement colombien et les peuples autochtones.
Située au nord de la Colombie, la Sierra Nevada de Santa Marta est le massif côtier le plus haut du monde. Sa biodiversité exceptionnelle et ses nombreuses espèces endémiques représentent un patrimoine naturel irremplaçable. Une richesse naturelle fortement menacée par un développement économique accéléré, dont plus de 245 autorisations d’exploitation minière, 132 projets en cours et 348 nouvelles demandes en attente, sans parler des 1320 sollicitations pour l’exploitation d’hydrocarbures. Une multiplication de projets qui fait peser de sérieuses menaces sur les 36 cours d’eau qui naissent dans la Sierra et approvisionnent les 3 millions d’habitants de la région.
Au delà de la défense d’un territoire naturel, ce type de confrontation est représentatif des conflits qui risquent de se multiplier dans un futur proche : d’un côté les représentants d’une vision du monde où la nature est réduite au rang de matière première à même d’être exploitée sans limite et de l’autre, une vision de monde ou la nature est une Pays-sage, qui associe une dimension matérielle et surtout spirituelle porteuse de la « loi des origines » qui organise la vie.
Pour les communautés indiennes de la Sierra, protéger l’intégrité de leurs territoires et préserver leurs cultures est un engagement spirituel qui ne peut pas être remis en cause. Il en va de leur survie et sans doute de la nôtre... 

Créée en 1997 par Eric Julien - intervenant très apprécié des Journées Emergences 2017- ; sous le parrainage de Pierre Richard, Edgar Morin et Jean-Marie Pelt, l’association Tchendukua réunit celles et ceux qui souhaitent préserver un mode d’existence basé sur le respect de la nature, des autres et la recherche de l’équilibre.
Plus d'infos sur http://www.tchendukua.com/

 

lire la suite


Voir tous les billets
Logo